Passer au contenu principal

Les sessions plénières

Les sessions plénières se déroulent tous les trois mois (4 sessions par an).
L’assemblée délibérante, constituée des 83 élu.e.s régionaux.ales, débat et vote les grandes orientations de la politique régionale bretonne. Dans une opposition constructive et exigeante, le groupe Les Écologistes de Bretagne fait des propositions par le biais des amendements, s’exprime sur les orientations stratégiques, interpelle l’exécutif et formule des vœux pour faire avancer l’écologie, la solidarité et l’autonomie en Bretagne.

76 kb
session plénière Bretagne

Session plénière

octobre 2023

Retrouver ici le compte-rendu

le Service Après Vote : SAV

Télécharger le SAV – 3 Mo

Session plénière

avril 2023

Retrouver ici le compte-rendu

le Service Après Vote : SAV

Télécharger le SAV – 3 Mo

Session plénière

Budget 2023

Retrouver ici le compte-rendu

le Service Après Vote : SAV

Télécharger le SAV – 8 Mo

Session plénière

décembre 2022

Retrouver ici le compte-rendu

le Service Après Vote : SAV

Télécharger le SAV – 344 Ko

Session plénière

30 juin – 1er juillet 2022

Retrouver ici le compte-rendu

le Service Après Vote : SAV

Télécharger le SAV – 2 Mo

Session plénière

avril 2022

Retrouver ici le compte-rendu

le Service Après Vote : SAV

télécharger le SAV – 2 Mo

Session plénière

février 2022

Retrouver ici le compte-rendu

le Service Après Vote : SAV

Télécharger le SAV – 3 Mo

Session plénière

décembre 2021

Retrouver ici le compte-rendu

le Service Après Vote : SAV

 

Télécharger le SAV – 3 Mo

Schéma régional des transitions économiques et sociales

 

Après un an de travail, l’exécutif a proposé au vote un dossier volumineux appelé “Stratégie régionale des transitions économiques et sociales”, qui avait à l’origine pour ambition de regrouper trois schémas sur la formation, l’enseignement supérieur et l’économie.

Malheureusement, cette stratégie qui devait être le fruit d’une co-construction entre tous les partis ne tient pas compte des retours que nous pouvions faire à son sujet. Loïc Le Hir a dénoncé la façon dont la concertation a eu lieu , où rien n’a été fait pour que les conseillers régionaux puissent contribuer dans de bonnes conditions, faute de disposer des éléments.

Le résultat ? Un simple empilement des trois schémas précédents malgré la volonté affichée de faire de la transition Page 2 Vote:CONTRE . écologique un axe transversal des politiques de la région. Comme l’a dénoncé Loïc Le Hir, l’exécutif se refuse toujours à choisir entre la fuite en avant du modèle productif, et une véritable politique de rupture ; cette stratégie avec une jambe plus courte que l’autre, ne saurait être équilibrée.

On peut y lire en creux que notre salut passerait par le progrès et la technologie, sans jamais faire référence à la sobriété ou à l’éco-conditionnalité des aides. Le même vocabulaire revient sans cesse : on trouve dans ce document le mot “attractivité” 126 fois, le terme “rayonnement” 46 fois, “image” 61 fois, etc. Une obsession relevée par le Haut Conseil Breton qui note à ce sujet “ces mots peuvent renvoyer à un modèle économique peu propice à une transition écologique et sociale”.

Comme son nom l’indique, la SRTES est aussi un monument de technocratie, qui tient beaucoup de l’usine à gaz en termes de gouvernance. Pas moins de 10 instances sont citées, qui représentent trois niveaux de pilotage, sans expliquer les liens entre ces différents niveaux. Une multiplication des instances à minima contre-productive pour impulser de véritables transformations, voire, un écran de fumée pour privilégier le statu quo.

158 kb
89 kb

Plan de lutte contre la précarité et de refus de la misère

 

Alors que 350 000 breton.ne.s vivent sous le seuil de pauvreté, Claire Desmares a salué le travail de la conseillère régionale Régine Roué, qui a travaillé deux ans sur ce plan. Sur bon nombre de politiques ne relevant pas des compétences de la Région, l’exécutif nous oppose régulièrement une fin de non recevoir, et nous ne pouvons que nous réjouir de l’approche volontariste sur ce plan.

 

Malheureusement sur un sujet aussi crucial que la lutte contre la pauvreté, nous étions en droit d’attendre un budget dédié à cette politique. Faire mieux avec les dispositifs d’accompagnement dont nous disposons déjà, est un objectif louable, mais un plan aussi primordial mérite mieux que de dépendre de la générosité des vice-présidents concernés. En l’absence de budget, d’objectifs chiffrés, et d’une vraie politique d’évaluation, ce programme souffre de grandes insuffisances, et comme le note le CESER, il sera “difficile voire impossible” de mesurer l’impact des 57 mesures proposées.

S’attaquer au “non recours aux droits” est un axe d’action qui nous paraît tout à fait prioritaire, Claire Desmares a souligné l’intérêt de l’approche du “aller-vers” les publics précaires, à travers des actions mobiles et du “faire AVEC les publics” et pas POUR eux. Nous serons vigilants sur ce point car la fracture numérique existe bel et bien, et il reste des zones blanches en Bretagne, aussi tout ne peut pas être dématérialisé sans pénaliser une partie des breton.ne.s.

Sur la précarité alimentaire, nous avons demandé à la Région d’aller encore plus loin dans ses propositions. Il n’est pas acceptable que des enfants arrivent le matin à l’école le ventre vide, et que leurs parents sautent des repas, face à une inflation alimentaire qui n’en finit pas. La Bretagne a les moyens de faire mieux a rappelé Claire Desmares, la mise en place d’une Sécurité Sociale de l’Alimentation, soutenue par plusieurs collectifs en Bretagne, nous paraît indispensable.

Au-delà de cette question, nous sommes particulièrement sensibles à l’attention portée au sport et à la culture dans ce plan, comme “leviers de reconquête” de la fierté. Les personnes en situation de précarité, comme n’importe quel citoyen, n’aspirent pas uniquement à voir leurs besoins primaires satisfaits. La dignité pour toutes et tous, voilà ce à quoi nous aspirons !

Améliorer l’accueil des exilé.e.s

 

Considérant que l’abandon du projet Horizon à Callac constitue un nouveau signal d’alerte sur la progression des forces xénophobes et racistes en Bretagne, Loïc Le Hir a interpellé la région à travers une question orale portant sur l’accueil des exilé·e·s. Bien que l’exécutif reste arc-bouté sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une compétence de la Région, Loïc Le Hir a rappelé que le Conseil Régional peut agir grâce à plusieurs leviers :

  • Formation et insertion professionnelle,
  • Accès aux services publics et notamment au réseau de transport BreizhGo,
  • Accès à la restauration et aux internats dans les lycées,
  • Accès au numérique pour les démarches administratives, à la culture, ou encore au logement.
  • Créer un fond régional dédié, financé par des fonds européens,
  • Mettre à disposition des logements vides dont la Région est propriétaire,
  • Accompagner dans le montage juridique des dossiers permettant d’accéder à des financements européens,
  • Rejoindre L’ANVITA, Association Nationales des Villes et Territoires Accueillants comme les régions Occitanie, Bourgogne-FrancheComté et Centre Val-de-Loire.
143 kb
292 kb

Politique agricole : la Région n’est pas à la hauteur de l’urgence

 

Lors du vote du budget 2023, Claire Desmares a tenu à adresser son soutien à Paul François. L’agriculteur qui avait réussi à faire condamner Bayer-Monsanto pour intoxication à un herbicide, a été lâchement agressé et séquestré à son domicile, le 30 Janvier dernier. Il est plus que jamais nécessaire de briser l’omerta face au lobby agro-industriel. Les lanceurs d’alertes doivent faire l’objet d’une protection par l’Etat. Comme depuis le début du mandat, les élu·es dénoncent les subventions néfastes aux secteurs agricoles et agro-alimentaires, “qui Politique agricole Vote:CONTRE impliquent l’usage de pesticides et favorisent des modèles de production industrielle de masse, non qualitatifs, sans lien au sol, et peu rémunérateurs pour nos paysannes et paysans.” La Région refuse encore d’engager la transition vers la baisse du cheptel breton, nécessaire pour réduire les impacts de l’élevage intensif sur l’environnement, la qualité de l’air, et des eaux de Bretagne. Face à l’absence de réelles garanties écologiques, les élu·e.s ont voté contre ce programme

Question orale sur les pesticides

Les pesticides sont présents dans l’eau, les sols et l’air. Selon une étude d’Air Breizh financée par la Région, 26 pesticides dont 8 interdits sont présents dans l’air et respirés par la population bretonne. Nul ne peut aujourd’hui contester leurs impacts néfastes sur la santé et les écosystèmes, ainsi que les coûts financiers conséquents qu’ils génèrent.

Loïc Le Hir a interpellé la Vice-présidente à la biodiversité : “à quand le débat en plénière sur les pesticides promis depuis le début du mandat ? A quand un vrai plan de sortie des pesticides à horizon 2030 au Conseil régional de Bretagne ? Quand on sait que 90 % des produits phytosanitaires sont d’usage agricole, quelle action ambitieuse pour inciter et accompagner réellement le monde agricole breton vers la sortie des pesticides ?

Au lieu de répondre sur le fond, la Vice-Présidente a lancé : “vous ne manquez pas de toupet !” : elle avait mal digéré le report orchestré en commission permanente par plusieurs groupes d’opposition dont le nôtre d’un vote d’un budget pour une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) au profit de l’Assemblée bretonne de l’eau. Ce report s’accompagnait d’une demande maintes fois répétée de la tenue d’un débat sur la politique de l’eau au sein de l’assemblée régionale. Loïc Le Hir a répondu que le débat sur les pesticides ne concernait pas seulement la question de l’eau et que l’absence d’un débat sur le sujet n’était pas normale. Le Président a répondu : “nous gérons l’ordre du jour des assemblées, le jour où vous serez majoritaires, vous gérez !” Circulez, il n’y a rien à voir.

Question orale pesticides

138 kb
loic Le Hir pesticides en Bretagne
299 kb

Loïc Le Hir intervient sur le plan solaire breton dec 2022

Plan solaire régional : développement de l’énergie solaire photovoltaïque en Bretagne

Loïc Le Hir a salué le plan solaire régional qui devrait contribuer à rattraper l’énorme retard accumulé en termes de développement du photovoltaïque en Bretagne. Il a rappelé que ce sujet était déjà présent dans l’éco-référentiel des lycées voté en 2010 à l’initiative d’une Vice-présidente écologiste.

Loïc Le Hir a appelé à “lever les freins d’acceptabilité mais aussi administratifs et juridiques, soutenir les projets citoyens, développer les formations, soutenir la structuration d’une filière bretonne, intégrer le solaire thermique et installer des panneaux solaires partout où c’est possible: toiture des lycées, ports, aéroports.” Il a également partagé des points de vigilance sur l’agrivoltaïsme en alertant sur le risque de spéculation foncière et en se positionnant contre le déploiement au sol et en ombrières sur les terres agricoles et naturelles.

Intervention Plan solaire – 164 Ko

Stratégie installation-transmission

Malgré de petites avancées, la stratégie proposée par l’exécutif pour favoriser l’installation n’est vraiment pas suffisamment ambitieuse. Pour Claire Desmares, l’objectif de 1000 installations annuelles n’est pas de nature à compenser les 1500 départs annuels. Elle a précisé qu’”il n’est pas suffisamment affirmé que l’enjeu du renouvellement des générations agricoles doit être une opportunité à saisir pour accélérer la transition écologique de l’agriculture bretonne. Cette transition n’est envisagée que comme l’une des briques de la stratégie alors qu’elle devrait en être la charpente. Saisissons nous du renouvellement générationnel pour permettre un virage réel du modèle agricole breton.” La stratégie n’est pas à la hauteur de cet enjeu : fin de la modulation de la Dotation Jeune Agriculteur, des contrats de transition peu exigeants, absence de stratégie d’accompagnement des personnes non issues du milieu agricole et des femmes, pas d’objectif d’accompagnement de la réduction du cheptel breton.
L’exécutif régional continue de subventionner des installations agricoles sur des modèles dépassés hors sol, sous serre, sans label de qualité, ayant recours aux intrants chimiques. Pour toutes ces raisons, notre groupe a voté contre cette stratégie.

Installation-transmission

349 kb
Claire Desmares agriculture Bretagne dec 2022
100 kb
julie Dupuy dec 2022
Vœu pour la préservation de la tenue des festivals en Bretagne en 2024

Suite aux déclarations du Ministre de l’intérieur au sujet de l’organisation des J O de Paris ayant suscité une grande inquiétude au sein du monde culturel et événementiel, Julie Dupuy a défendu un vœu appelant le gouvernement à assurer la vitalité culturelle et sportive des territoires à l’été 2024 : “il faut absolument éviter une nouvelle saison blanche.” Elle a également appelé l’État à apporter un soutien financier nécessaire aux organisateurs-trices de festivals afin de compenser les éventuelles pertes liées à l’annulation ou au report d’événements culturels et sportifs durant cette période.

Tenue des festivals 2024

Intervention politique culturelle bretonne

Le document “De la culture à la permaculture”, feuille de route culturelle de ce mandat, est dense et synthétique. Nous avons pu mesurer l’ambition de ce projet, nous rencontrons plus de difficultés à percevoir parfois les moyens qui seront mobilisés pour y répondre.

Au vu des enjeux que connaît le monde de la culture aujourd’hui : urgence sociale et urgence environnementale, urgence démocratique également, il apparaît que la notion d’écologie culturelle pourrait montrer un chemin, faire le lien entre le vivant et la culture.

Explorer, réparer, partager, embellir tels sont les composants du terreau commun de la culture et de l’écologie.

« à la croisée de l’art et de l’écologie naissent des récits personnels et collectifs et des démarches inspirantes ».

 

Politique culturelle J Dupuy

132 kb
Julie Dupuy

Politique culturelle bretonne

115 kb
Loic plan régional vélo

Plan régional vélo Bretagne 2023-2028

Plan régional vélo 2023-2028 : première étape

Notre groupe a voté pour la première étape du plan régional vélo. Loïc Le Hir s’est interrogé sur la durée de l’élaboration du plan : il faudra attendre 2024 pour la version finalisée du plan ! Il a souligné la nécessité de “mettre la priorité sur le développement du vélo du quotidien, pour les courts trajets et en intermodalité pour les trajets les plus longs”. Développer harmonieusement et efficacement la pratique du vélo partout en Bretagne passe aussi par la mobilisation de moyens suffisants pour cette politique de décarbonation des mobilités.
Loïc Le Hir a interpellé l’exécutif : quel budget sera alloué sur la durée du mandat pour ce plan vélo ? Quel objectif régional de progression de la part modale du vélo ? Ces chiffres seront nécessaires pour mesurer l’avancement de la mise en œuvre de ce plan. Nous n’avons pas reçu de réponse à ces questions malgré une relance au moment du vote. Le Président a simplement précisé de se rapprocher du conseiller délégué à la politique vélo !

Intervention Plan Vélo – 123 Ko

Orientations de la politique maritime régionale

Le Vice-président à la mer, Daniel Cueff, avait inscrit à l’ordre du jour un débat sur la politique maritime. Le rapport présenté a été jugé incomplet et superficiel par l’ensemble des groupes de l’opposition, y compris le nôtre. Après une présentation par le CESER de son rapport sur “La Bretagne et la mer”, Julie Dupuy a questionné des orientations économiques très orientées vers le rayonnement international, avec des expressions extractivistes qui invitent à la vigilance. Elle a rappelé que “sur terre comme sur mer, les ressources naturelles sont finies et il s’agit d’en faire un usage très raisonné.
Elle a particulièrement insisté sur la révision de nos politiques maritimes au regard de l’urgence climatique et de l’effondrement de la biodiversité marine, en raison notamment des pressions anthropiques. Elle a évoqué des propositions fortes comme le soutien à la pêche côtière artisanale, le développement des énergies marines renouvelables, la décarbonation du transport maritime ou encore la transition des ports.

238 kb
Jullie Dupuy politique maritime

Julie Dupuy s’exprime sur la politique maritime de la région Bretagne

100 kb
Claire Desmares orientations budgétaires
Orientations budgétaires 2023 et engagement de la Région comme employeur et propriétaire face à la crise énergétique

Guerre en Ukraine, spéculation sur les matières 1è et l’énergie, inflation généralisée, difficultés d’approvisionnement, y compris énergétique, arrêt d’un tiers des réacteurs nucléaires français, sécheresse : ces bouleversements géopolitiques, économiques et environnementaux contraignent fortement la construction du budget 2023 de la Région Bretagne.

Dans ce contexte, l’exécutif veut « maintenir le cap ». Claire Desmares a appelé plutôt à “virer de bord !” : “c’est le cap du passé qui nous a conduit dans cette situation de précarité énergétique collective. Il faut donc en changer ! L’emploi ne doit plus être l’alpha et l’oméga des politiques publiques. Il faut accélérer et prioriser la transition écologique dans tous les domaines.” Cette transition créera des milliers d’emplois de qualité, porteurs de sens et contribuant à la préservation de notre planète.

Elle a appelé à “mettre un terme aux aides nocives pour le climat, l’environnement et la santé des breton.ne.s, encore votées à chaque commission permanente” : des centaines de milliers voire de millions d’euros sont toujours attribués à de grandes entreprises industrielles de l’automobile, de l’aérien, de la pêche ou de l’agroalimentaire. Au-delà de leurs impacts négatifs, ces entreprises aux chiffres d’affaires élevés versent des dividendes conséquents à leurs actionnaires et n’ont pas un besoin indispensable des aides publiques.

Débat orientation budgétaire

Discours de politique générale

Claire Desmares a évoqué la crise énergétique : “les responsables d’hier n’ont pas écouté les scientifiques et les écologistes. Ils ont préféré alerter sur le « retour à la bougie ». Mais que feront les milliers de foyers bretons en cas de coupure d’électricité ? Le retour à la bougie, ce n’est pas l’écologie, c’est le triste résultat des politiques de course à la croissance, dopées aux énergies fossiles et nucléaires.”

Elle a pointé une institution régionale qui pratique “la politique des petits pas en matière de transition écologique” : lenteur des décisions, faiblesse des ambitions, absence d’éco-socio-conditionnalité des aides et de priorisation de la transition écologique et sociale, notamment sur le plan économique, énergétique et agricole.

Elle a salué quelques récentes avancées des mobilisations contre les grands projets inutiles en Bretagne : le maire de Plouisy, qui ne signera pas le permis de construire de l’usine géante à saumons sur sa commune, sans garantie environnementale supplémentaire et les déclarations de M. Le Duff mettant en doute la faisabilité de la nouvelle usine Bridor à Liffré, même si la vigilance reste de mise car le projet ne semble pas être abandonné définitivement.

Politique générale dec 2022 – 171 Ko

37 kb
Claire discours politique générale dec 2022

Claire Desmares discours politique générale dec 2022

Discours de politique générale

Session plénière 13/14 octobre 2022. Claire Desmares a d’abord rendu hommage à la mémoire de Masha Amini et a salué le courage des femmes iraniennes et des hommes à leur côté. Elles est ensuite revenue sur l’été dramatique que nous avons traversé, et sur le sursaut collectif que ces évènements climatiques doit provoqué. Claire Desmares a abordé la situation critique de la ressource en eau, de sa qualité, les choix politiques de l’exécutif à soutenir les gros consommateurs, le Plan Algues Vertes 3 (PLAV), l’absence de stratégie ambitieuse et globale en faveur de la transition agricole et pour terminer l’explosion des prix de l’énergie.

politique générale oct. 2022

301 kb
Claire politique générale automne 2022
78 kb
Claire Desmares
Aides économique de la région aux entreprises

Session plénière 13/14 octobre 2022. Les écologistes demandent la fin des aides à l’export, de privilégier la relocalisation et que soit mis en place l’éco-socio-conditionnalité pour l’attribution de toute aide. Le groupe Les Écologistes de Bretagne appelle de ses voeux que l’ESS soit davantage soutenue par la Région, source d’emploi en milieu rural et défavorisé.

Déclaration de politique générale

Session plénière 30 juin/1er juillet 2022.

Claire Desmares s’exprime sur l’égalité femme/homme,sur la problématique de l’eau en Bretagne, sur le problème des algues vertes.

Politique générale 07/2022

85 kb
Claire Desmares déclaration de poligitque générale été 2022
288 kb
Goulven Oillic sur les lycees bretons

Goulven Oilllic intervient sur l’immobilier des lycées publics en Bretagne

Immobilier des lycées publics

Nous avons proposé 3 amendements, portés par Goulven Oillic : deux ont été approuvés par l’exécutif et intégrés.
– Une étude sur l’adaptation des lycées publics bretons aux dérèglements climatiques.
– Que la Région porte dans le référentiel du “lycée de demain” les priorités de la massification des éco-matériaux, du réemploi et des low tech.
– Notre amendement qui faisait de la rénovation énergétique des lycées une priorité a été rejeté.

Schéma régional des transitions économiques et sociales (SRTES)

L’exécutif a engagé une démarche pour fusionner 3 schémas régionaux, SDREII (Stratégie Régionale de Développement Économique d’Innovation et d’Internationalisation), CPRDFOP (Contrat de Plan Régional des Formations et de l’Orientation Professionnelles) et SRESR (Schéma Régional de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche). Après une consultation à laquelle les écologistes ont apporté une contribution, un débat sans vote a lieu. Ronan Pichon rappelle que l’activité économique et les innovations doivent être mises au service des objectifs environnementaux et sociaux de la Bretagne.

373 kb
Ronan Pichon SRTES

Ronan Pichon intervient sur le SRTES

543 kb
Claire Desmares Présidente du groupe Les Écologistes de Bretagne

Déclaration de politique générale avril 2022

Déclaration de politique générale

Session plénière d’avril 2022. Claire Desmares a évoqué la guerre en Ukraine, la nécessité de traiter tou.te.s les réfugié.e.s de la même manière, de venir en aide aux populations précaires pendant cette période de crise, de relocaliser notre économie, d’appliquer l’écoconditionnalité à toutes les décisions prises par la Région. Elle a rappelé l’urgence, au vu du dernier rapport du GIEC, d’agir en ce sens.

Politique générale avril 2022

Vœu Solidarité

Pour une solidarité européenne égalitaire au service de l’accueil de tou.te.s les réfugié.e.s, d’Ukraine et d’ailleurs

Session plénière d’avril 2022. Présenté par Christine Prigent, le vœu « Pour une solidarité européenne égalitaire au service de l’accueil de tou.te.s les réfugié.e.s, d’Ukraine et d’ailleurs » rappelle que tou.te.s les réfugié.e.s qui fuient la guerre, l’oppression, la dictature, les persécutions, les catastrophes climatiques, doivent être accueilli.e.s de la même manière dans l’Union européenne, quel que soit leur pays d’origine.
Le vœu a été adopté.

Voeu Accueil des réfugiés

291 kb
Soutien à tous les réfugiés
581 kb
Goulven Oillic conseiller régional

Goulven Oillic interpelle l’exécutif sur la gestion des marées vertes en Bretagne : voir la vidéo

Intervention marées vertes

Session plénière d’avril 2022. Goulven Oillic a interpellé Arnaud Lecuyer, vice-président à l’agriculture sur l’engagement de la Région : “Depuis l’élection, qu’a-t-il été fait ? L’ambition financière de la Région n’est pas au rendez-vous, tant sur le nouveau plan algues vertes que sur l’écoconditionnalité des aides agricoles. Les algues vertes ont été observées pour la première fois en 1971, 50 ans après, plusieurs programmes publics et des millions d’euros d’argent public engagés, le problème n’est toujours pas résolu et génère des risques sanitaires élevés. Beaucoup de discours, peu d’actions concrètes.

Déclaration de politique générale

Session plénière de février 2022. Claire Desmares s’est exprimée sur différents sujets : la crise agricole et l’urgence de mettre en place le nouveau modèle agroécologique, le sommet « One Ocean Summit  » qui s’est tenu à Brest – avec le dépôt d’un vœu proposant des mesures vraiment ambitieuses en matière de préservation des océans -, la mobilité avec LNOBPL, la défense de nos langues régionales, le contrat de plan État-Région, la question énergétique.

Politique générale fév. 2022

80 kb

Claire Desmares Déclaration de Politique Générale février 2022

236 kb
Claire Desmares et la peche en Bretagne

Claire Desmares et la pêche en Bretagne

Vœu « préservation des océans »

Pour des mesures ambitieuses en matière de préservation des océans

Session plénière de février 2022. Ce vœu, porté par Les Écologistes de Bretagne et Breizh a-gleiz, demande de tout mettre en œuvre afin de respecter les aires marines protégées, d’y autoriser exclusivement la pêche côtière, d’arrêter l’exploitation des grands fonds marins.

 

Voeu Préservation des Océans

Amendement Mobilité

Modernisation des lignes Brest-Quimper et Saint-Brieuc-Auray – reconstruction de la ligne Fougères-Rennes

Session plénière de février 2022. Défendu par Loïc Le Hir, l’amendement a permis d’inscrire dans le budget 2022 de la Région de nouvelles études pour créer et ré-ouvrir des lignes du quotidien, notamment la ligne Fougères-Rennes. Voté par l’ensemble des groupes d’opposition, cet amendement a été adopté.

Nous serons vigilant.e.s quant à sa traduction en actes concrets par l’exécutif régional.

Amendement Mobilité

241 kb
Loïc Le Hir intervient en session plénière

Modernisation des lignes Brest-Quimper et Saint Brieuc-Auray – reconstruction de la ligne Fougères-Rennes

Question orale
Acceptabilité des projets de transition énergétique

Quelle stratégie bretonne de planification et de concertation pour renforcer l’acceptabilité des projets d’énergies renouvelables ?

Session plénière de février 2022.  La transition énergétique est aujourd’hui une nécessité, elle repose sur plusieurs piliers : la réduction de la consommation d’énergie, l’optimisation énergétique, le transfert de sources d’énergies carbonées vers l’électricité et le développement des énergies renouvelables. Cette planification indispensable doit se conjuguer avec un véritable débat public pour favoriser l’appropriation par le plus grand nombre de ces enjeux, pour dépasser les difficultés actuellement rencontrées telles que des oppositions fortes de communautés d’actrices et d’acteurs, ou des concertations mal menées.

Question Orale ENR

201 kb
Ronan Pichon conseiller régional Bretagne

Ronan Pichon intervient en session plénière

313 kb
Claire Desmares au pupitre en session plénière

Claire Desmares en session plénière du Conseil Régional de Bretagne

Déclaration de politique générale décembre 2021

Session plénière de décembre 2021. Claire Desmares s’est exprimée pour demander que l’exécutif prenne un cap clair pendant ce mandat. Elle rappelle les sujets sur lesquels il est impérieux d’agir : urgence climatique, transition agricole, mobilité, protection de l’environnement et respect des aires protégées, transparence de la démocratie.

Déclaration Politique Générale

Question orale
Quelle stratégie ferroviaire pour la région Bretagne ?

Session plénière de décembre 2021. Loïc Le Hir a porté la question de la « mobilité » en Bretagne. Il a posé cette question orale à l’exécutif.

Question orale Mobilité

312 kb
réseau ferroviaire bretagne

Le réseau ferré en Bretagne

332 kb
Claire Desmares Présidente du groupe Les Écologistes de Bretagne

Claire Desmares

Vœu
Déclarer la région en urgence climatique et environnementale

Session plénière de décembre 2021. Travail d’équipe. Les deux groupes issus de la liste Bretagne d’Avenir – Breizh a-gleiz et Les Écologistes de Bretagne – ont porté un vœu pour déclarer la région en urgence climatique et environnementale afin de fixer un cap clair pour répondre aux enjeux climatiques, environnementaux et sociaux auxquels nous devons faire face. Claire Desmares a porté ce vœu à l’assemblée régionale.

Voeu Urgence Climatique

Soutien aux hôpitaux publics, à leurs agents et au développement de l’offre de santé en Bretagne

Session plénière de décembre 2021. Le vœu réaffirme le besoin de soutenir le service public de santé en Bretagne par le maintien des services existants dans les hôpitaux publics par le recrutement de praticiens, l’examen sérieux des demandes de réouverture, la réduction des inégalités territoriales, des conditions de travail acceptables pour les soignants, la résorption des déserts médicaux et la garantie de l’installation de professionnels dans tous les territoires.

Voeu soutien Santé

229 kb
zones de soins 1er secours en Bretagne
404 kb
Claire Desmares lors du vote du budget 2022

Voir la vidéo Passage en force du budget région Bretagne 2022, à bulletin secret

Vote du Budget

Session plénière de décembre 2021. Passage en force du budget de la Région, adopté à bulletin secret. Tous les groupes d’opposition avaient publiquement annoncé à plusieurs reprises qu’ils appelaient à voter contre le budget 2022. Dans cette configuration, le budget risquait d’être rejeté en raison de la “majorité relative” de l’exécutif (40 élu.e.s), contre 43 élu.e.s de l’opposition.
Cette crise politique s’explique par une séance insuffisamment préparée, l’exécutif n’ayant pas négocié sérieusement et en amont pour garantir l’abstention d’un ou plusieurs groupes de l’opposition. Nous faisons face à un vrai problème de méthode, marqué par l’absence totale de volonté de coconstruire. Et un problème de fond : celui d’un terrible manque d’ambition concernant les défis auxquels nous devons répondre pour l’avenir de la Bretagne.

Intervention Budget 2022

Passer au contenu principal

Quel(s) cookie(s) acceptez-vous lors de votre navigation ?